Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • La sclérose en plaques, par Laura

    L'association Notre Sclérose a décidé de rediffuser des anciens témoignages pour les nouveaux arrivants sur le blog.

    89ffd82bfd984f7f44134af7b1c792d1.jpg

    Bonjour, je m’appelle Laura, j’ai maintenant 23 ans.

    En juin 2004 à l’âge de 19 ans m’est apparue la sclérose en plaques. L’effet déclencheur à été un gros choc émotionnel et physique, un accident de scooter, scooter bloqué sur le genou droit.
    J’étais soigné pour ce genou sans me soucier de cette maladie qui m’était inconnue.
    Puis tout s’est enchainé, c’était la jambe droite puis la gauche, les bras puis la vue, j’étais devenue légume, je suis devenue dépendante de mes proches pour me laver, manger, et pour tous les petits gestes et besoins vitaux, que je ne pouvais plus faire.
    Me mettre debout était impossible, marcher, faire un pas était le parcours du combattant, mes pieds étaient perdus, au lieu de marcher normalement, je marchais sur les cotés des pieds, donc impossible de marcher, je tombais.
    Étant dans cet état, je suis allée aux urgences avec une ambulance car il fallait me porter pour les étages, il y en avais 4 sans ascenseur.
    Et je suis restée pendant plus de 10 jours là bas, j’ai eu le droit à des tas d’examens, une irm, des radios…

    Et puis le verdict était tombé, myélite aiguë, j’ai eu le droit au nom de sclérose en plaques 6 mois après.
    Perfusions de cortisone pendant 9 jours, des petites améliorations se faisaient sentir, mais j’avais toujours ces problèmes, je ne pouvais rien faire, dans ma tête c’était le coma, l’anarchie du légume, je me posais des questions.
    Je suis rentrée chez moi avec des prescriptions, kiné, fauteuil roulant, Lexomil®, Stilnox®, et des comprimés de cortisone.

    Étant au 3 ème étage sans ascenseur, et ma chambre en duplex, je n’ai pas pu sortir de mon étage pendant trois mois, je peux vous dire que c’était pas drôle.
    Je me battais pour récupérer un max, je réapprenais tout comme une gamine, écrire, se servir d’un couteau, d’une fourchette, s’essuyer et j’en passe. Tout de a à z, j’ai du tout reprendre de 0 à l’âge de 19 ans.
    Les semaines ont passées et les efforts se faisaient ressentir, les ami(e)s se sont dispersés, ayant peur de la maladie… Ayant peur que je les ralentisse. On m’a évincé, prise pour une geugeu !
    Je me souviens de cette phrase que 6 personnes m’ont dit : « on ne veut pas de toi car si tu traînes, on te laisse croupir comme une merde dans le caniveau ».
    Super les soi-disant amis, vu que les potes de nos potes étaient nos potes et que tout le monde se côtoyait, je n’ai plus eu personne au niveau des ami(e)s.

    Bref ayant passé de durs moment, à l’heure d’aujourd’hui avril 2008 je remarche refais tout comme tout le monde mais réduit, avec plus de fatigue, de tremblements, des béquilles, des déséquilibres, un fauteuil roulant pour les sorties de plus de 50 mètres, une station debout pénible, d’autres ami(e)s qui m’ont pris comme j’étais, un mental, et surement que j’en ai oublié…
    Je suis sous Tysabri® (anticorps monoclonal) depuis 7 mois, auparavant de janvier 2005 à juillet 2008 j’étais sous Rebif®44 (Interférons ß) mais étant a 4 poussées par an minimum avec ce traitement, j’ai du le laisser tomber.

    En recherche d’appart et d’emploi, car un appart avec 4 étages ce n’est plus gérable, puis trop de souvenirs dans ces lieux, besoin de tourner définitivement cette page sur ce passé.
    Planifier les sorties et de ne pas pouvoir travailler à cause de ces étages ce n’est plus possible.
    Garder le moral est primordial dans la maladie, malheureusement ont te met des bâtons dans les roues pour un rien.
    La sclérose en plaques à vraiment changé ma vie du tout au tout.
    Je la reconstruis petit à petit, et je compte bien continuer sur ma lancée.
    Prochain défi trouver un boulot dans des radios, voix offs et avoir un logement adapté.

    Par Laura

    Commentaires : 25 commentaires
  • Concours Notre Sclérose : "C'est la folie du réveillon chez les tee-shirts SEP !" par Manisha

    manisha-sclerose.jpg

    Merci à Manisha et son "fan club" pour cette photo prise à Paris 13ème !

    Vous n'avez pas encore ce tee-shirt ? Contactez-nous vite par mail et libellez votre chèque à l'ordre de "Association Notre Sclérose" et envoyez-le à :
    Association Notre sclérose - 4, rue Tiphaine - 75015 Paris. (merci de nous préciser la taille souhaitée, attention, ils taillent larges).
    Il est disponible en taille S,M,L,XL et est vendu :
    17 € (en venant le chercher au siège).
    19,50 € (en courrier normal et enveloppe à bulles).
    22,50 € (en Colissimo).

    Toute la recette de cette vente ira à l'Association Notre Sclérose.

    Envoyez un mail avec votre photo et après, nous la mettrons en ligne sur ce blog !

    Merci aux personnes qui ont déjà acheté ce tee-shirt, vraiment, merci pour votre soutien.

    L'équipe Notre sclérose

    Commentaires : 4 commentaires
  • Bon réveillon !

    sclerose-noel.jpg

    Toute l'équipe de l'Association Notre Sclérose vous souhaites un bon réveillon.

    Commentaires : 11 commentaires
  • PAM : Des minibus pour aider à la mobilité

    pam-sclerose.jpg
    Source : Le journal du conseil Régional d'île-de-France.

    Note de Notre Sclérose : le plus difficile c'est d'obtenir la carte d'invalidité ! Battez-vous pour l'obtenir !

    Commentaires : 2 commentaires
  • Interview du gagnant de SEP'ART réalisée par l'Association Notre Sclérose



    Merci à André Muzet pour sa gentillesse et sa disponibilité.

    Arnaud Gautelier
    Chargé de la Com de Notre Sclérose.

    Commentaires : 1 commentaire
  • 1er prix du concours SEP'ART : "Bonhomme en grillage"

    Voici le 1er prix du concours SEP'ART (organisé par Biogen Idec).
    Prix remporté par André Muzet.

    bonhomme-sclerose.jpg

    « Ce petit bonhomme en grillage représente pour moi tout les nerfs du corps.

    Dépourvu de toutes chaines et matières organiques. Je ressens tellement ces nerfs, ces fourmillements dans mon corps qui actuellement n’est pour moi qu’un matelas d’aiguilles.

    Mais, l’espoir quand même dans le moral, le mental.

    L’espoir dans l’envie de vivre, qui font 50% du ralentissement de la maladie. Enfin j’espère dans l’espoir.

    J’espère qu’un tout petit bonhomme en grillage a envie d’espoir.

    Ces quelques mots m’ont vidé les yeux de larmes, mais j’espère de tout cœur et toujours.

    L’espoir. »

    Par André Muzet

    Demain, découvrez, en exclusivité, l'interview d'André Muzet réalisée par l'Association Notre Sclérose.

    Commentaires : 9 commentaires
  • 2ème prix du concours SEP'ART : "Carcan"

    Voici le 2ème prix du concours SEP'ART (organisé par Biogen Idec).
    Prix remporté par Marie Noëlle Chosson.

    carcan-sclerose.jpg


    Espoir lumineux, aux formes arrondies et douces. Dans un carcan de raideur, de non maîtrise de soi.
    La Sclérose En Plaques.

    Par Marie Noëlle Chosson

    Commentaires : 4 commentaires
  • 3ème prix du concours SEP'ART : "Bâteau"

    Voici le 3ème prix du concours SEP'ART (organisé par Biogen Idec).
    Prix remporté par Chantal Lardeau.

    bateau-sclerose.jpg

    « Je me présente, je m’appelle Chantal j’ai 46 ans, je suis atteinte de la SEP, cette maladie m’était totalement inconnue avant 2004, avant le diagnostic, je suis célibataire et j’étais très autonome. La maladie m’a atteinte en premier au niveau des deux nerfs optiques, et pendant les premiers mois, j’ai cru que je devenais aveugle. D’où mon intérêt renforcé pour la sculpture et l’art en général.

    Certains malades n’ont pas été épargnés, j’ai la chance d’avoir gardé un « bon œil » et je porte des lunettes pour lire et toute activité qui nécessite minutie. Mon premier arrêt de travail m’a fait connaître la mosaïque, c’est devenu une passion. Autre passion, toujours présente dans mon cœur ce sont les voyages, j’ai besoin d’assistance puisque mon périmètre de marche est très limité depuis deux ans. Cette œuvre est faite de carton, de bois et de… bandes plâtrées. Un pied de nez à certains matériels médicaux dont je ne peux plus me passer, et aussi une façon de recycler certains emballages plutôt que de les jeter.

    Je me suis inspirée d’un tableau créé en mosaïque, il représente un navigateur et son co-équipier sur un bateau allant vers le large, l’un debout, l’autre assis. C’est le propre de mon état de santé, je suis plus souvent assise que debout, mais c’est malgré tout, moi qui pointe l’horizon ! J’ai appris à demander de l’aide, toujours avec le sourire, mais c’est nécessaire pour avancer. J’ai choisi des formes géométriques, car je n’ai aucune prétention à tenter de reproduire la réalité.

    J’espère avoir pu rendre un certain mouvement et dynamisme avec mes simples moyens.

    Mon message aux autres malades, garder l’espoir, la recherche avance, et faites-vous plaisir ! »

    Par Chantal Lardeau

    Commentaires : 4 commentaires
  • 4ème prix du concours SEP'ART : "Arbre, rameau et papillon "

    Voici le 4ème prix du concours SEP'ART (organisé par Biogen Idec).
    Prix remporté par Thibaut de Valincourt.

    arbre-sclerose.jpg

    « Lorsque j’ai été atteint par la SEP, j’ai eu l’impression que ma vie allait se briser mais grâce aux nouveaux traitements, l’espoir est de nouveau permis.
    Cette sculpture représente une branche dont un rameau est cassé par la maladie mais un nouveau rameau a surgi, il paraît plus fragile mais symbolise l’espoir. Grâce à l’union de tous, associations et chercheurs, la vie renaît, la bataille contre la SEP sera gagnée et la nouvelle pousse dépassera la branche malade. Le papillon symbolise l’espoir de retrouver la liberté de mouvement et le triomphe de la vie. »

    Par Thibaut de Valincourt

    Commentaires : 5 commentaires
  • 5ème prix du concours SEP'ART : "La vague"

    Voici le 5ème prix du concours SEP'ART (organisé par Biogen Idec).
    Prix remporté par Claire Lambert.

    vague-sclerose.jpg

    « Ma sculpture représente la mer, plus précisément une vague. Elle est à dominante verte, symbolique de l’espoir. La vague est l’élément qui anéantit, qui submerge, qui détruit, c’est ici le symbole de la maladie. Mais elle est aussi porteuse d’espoir en permettant aux individus de communiquer entre eux et en se renouvelant sans cesse. Dans cette vague, j’ai jeté une bouteille contenant un message : « J’existe ».
    La bouteille est envoyée au monde entier ou à une personne en particulier, au gré de la vague. Ce que je veux transmettre, ce que j’espère, c’est que, tant que je vivrai, il y aura quelqu’un ici, là ou plus loin, qui saura, qui aura conscience que j’existe. Mon message permet de résister à l’adversité (la maladie, l’abandon, la solitude et tout autre souffrance) par la communication qu’il créé avec l’autre pour le présent et l’avenir.
    Matériau : terre modelée, séchée, peinte puis vernie. »

    Par Claire Lambert

    Dans l'après-midi nous vous présenterons les autres prix et demain, l'interview du gagnant.

    Notre Sclérose

    Commentaires : 5 commentaires