Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • La sclérose en plaques, par Radia

    sclérose en plaques,sclérose en plaque,sp,multiple sclerosis,multiple sclerose,multiple skerose,sep,ms,notre sclérose,pmr,handicap,tysabri,gylenia

    « Bonjour
,

    Je suis nouvelle sur ce site, j’ai 31 ans et une SEP depuis 2007. Travaillant dans le milieu médical mon suivi a été un désastre avec beaucoup de poussées et de traitements… puis j’ai accouché d’une superbe petite fille qui a bientôt 5 mois.

    Là, chute impressionnante ! Poussées sur poussées et la neuro qui me suivait qui était une de me collègue m’a dit que j’avais besoin d’un psy. J’ai donc décidé de me faire suivre dans un hôpital où je ne travaille pas et où personne ne me connaît.

    Verdict, tout a été refait : lésions au cerveau et à la moelle active syndromes de l’Hermite avec des vertiges horribles…  et le cocotier c’est que j’étais en poussée depuis 4 mois et l'autre neurologue n'as rien fait, résultat, hospitalisée 10 jours pour 7 grammes corticoïdes et changement de traitement par Tysabri® ou Gylenia®. 
Rendez-vous avec le neurologue hier. Verdict : JC virus positif et début de Tysabri® car au holter je fais des bradycardies et que Gylenia®, à la première prise du comprimé, le risque de bradycardie est très élevé ! Avec un JC virus positif n'est ce pas risqué pour la LEMP et quels sont les effets secondaires ? Et combien de temps durent-
ils après la perfusion ?

    J’ai peur de ce traitement et de la LEMP. Étant dans le milieu médical, je sais que c’est très grave. Y a-t-il quelqu’un qui à un JC positif et qui a commencé le Tysabri® ?

    Merci pour vos réponses.

    Cordialement. »

    Par Radia

    Commentaires : 9 commentaires
  • La sclérose en plaques, par Vincent

    L'association Notre Sclérose a décidé de rediffuser d'anciens témoignages pour les nouveaux arrivants sur le blog.
    Redif' d'une note du 02/02/2009.
    vinz-sep-plaques.jpg

    « 2006
    Fin d'année bien épuisante, avec démission d'un travail suivie de fin de préavis un peu stressante : j'avais pris mes congés de fin d'année, mais le commercial qui les avaient signés considérait que suite à ma démission je ne pouvais plus y prétendre...

    Janvier - avril 2007
    Début d'année avec nouvel employeur, cours du soir en plus... Des projets qui prennent du temps et du stress normal (même pour le CNAM ?).
    Mais... je dormais mal et j'avais une sacrée fatigue latente depuis quelques temps. C'était comme permanent, et j'en dormais chez nos amis ou en famille plus que d'habitude (...).
    Travaillant sur écran, j'avais les yeux de plus en plus secs... fatigués, et puis au bout d'un moment, tiens, je vois double ! Je me dis bon : je vais prendre rendez-vous chez un ophtalmologue.
    Je traine un peu... et puis à partir de mars, je consulte ma médecin traitant, ayant de légers fourmillements dans la jambe (je me dis : j'ai pas mal roulé ces derniers temps.... le nerf sciatique ?) et un équilibre pas terrible. Je commence quand même à m'inquiéter : informaticien qui s'est intéressé aux sciences cognitives et donc au cerveau, une tante atteinte de la SEP, je me dis que ça peut être ça.

    La médecin me parle de possible problème de circulation sanguine et me donne un fluidifiant sanguin sans faire faire d'examen (après tout si elle soupçonnait un caillot de sang en voyant d'éventuelles conséquences ce n'était pas trop insensé, mais je pense qu'avec un caillot de sang remonté au cerveau j'aurai directement pu avoir droit aux urgences). Elle me dit de revenir si les symptômes persistent 15 jours.

    Oui, mais voilà : nous allons nous marier ce 12 mai 2007, et nous commençons à nous demander quoi faire : les yeux sont de nouveaux coordonnés, mais pas de façon permanente.
    Et puis au réveil un matin, sensation de froid et d'engourdissement dans toute la jambe droite...
    Ma femme me conseille son médecin de famille sur Angers : le samedi 21 avril 2007, je vais le voir, et après plusieurs tests, il confirme ma crainte et m'envoie chez un neurologue.
    Là, le gros stress a commencé, mais calmé un peu par le neurologue (bah oui : si je n'avais pas senti le chaud/froid ou le touché, que je n'avais pas pu tenir debout les yeux ouverts, il m'expédiait directement en urgence à l'IRM – façon pour lui de me dire que ce n'est pas encore trop grave), je sais que je dois d'abord aller à la pioche à l'IRM... il me fait une ordonnance pour pouvoir chercher un rendez-vous chez nous, n'habitant pas Angers.

    Bon alors quand on est pas prioritaire, une IRM c'est des fois plusieurs mois d'attente. Je passe voir ma médecin traitante pour tout lui expliquer le lundi, et carrément lui demander de prendre contact elle-même avec une clinique ou un hôpital. Et bien merci à sa remplaçante qui était là pour prendre en main tout ça et pour le désistement qui a eu lieu à l'IRM de la clinique pas loin de chez nous : RDV pris dès le mardi (... on a vraiment de la chance dans son malheur des fois).
    A l'IRM : produit de contraste mal dosé ou autre ? Après un temps interminable, l'opérateur sort enfin de son bureau pour me dire qu'il n'a rien trouvé, et me demande d'entrer expliquer mes symptômes... une fois le résumé fait, retour à la salle d'attente et discussion entre ma femme et moi: « Si finalement t'a rien là, tant mieux ! » « Je préférerai savoir ce que c'est ! »
    De nouveau l'opérateur pour me dire enfin : effectivement il y a bien quelque chose. Et d'exposer son commentaire en faveur d'une formation démyélisante.
    Ça peut paraître bizarre mais là, j'étais vraiment soulagé : au moins c'est potentiellement quelque chose de « connu ».

    Le neurologue d'Angers avait tout prévu : il me réservait un lit sur Angers si l'IRM donnait quelque chose. Donc retour à Angers, traitement par cortisone pendant 3 jours, petite ponction lombaire pour compléter les examens, et.... repos.
    Ah les photos de mariage... nous y sommes allés deux jours après la sortie de la clinique. Moi j'étais allongé dans la voiture. Et puis sur place, on a évité de sauter les barrières pour aller dans les champs faire les photos de rêves de la photographe. Je n'étais pas fier... déjà à camoufler la trace de la perfusion qui s'était faite à la main (beurk !) et puis je ne me sentais pas encore bien remis. En plus mes yeux ont eu du mal à se faire au retour à la luminosité.
    Le neurologue préconise un deuxième IRM pour vérifier que ce soit bien la SEP (diffusion spatiale et temporelle de la maladie). Il est prévu en septembre sur Angers.

    12 mai 2007
    Mariés, pour le meilleur comme pour le pire : je crois que là plus besoin d'illustration... bon ma femme n'était pas toujours au meilleur de sa forme pendant ces péripéties, mais je crois que ça nous a forcément rapproché.
    On aurait pu tout annuler, mais quand un neurologue dit : « Vivez comme d'habitude, mariez-vous... », et bien là, merci pour le moral, ça aide !

    Août 2007
    En attendant le 2ème IRM, toujours sans traitement, je ne vais pas me laisser abattre : après des vacances dans le sud de la France, je vais un WE en VTT, en randonnée organisée au rythme de la ballade. Le hic c'est que même en buvant beaucoup, je frôle l'insolation (la nuque un peu trop chauffée).
    Fièvre, fatigue surtout des yeux, et puis vers le 15 août, bis pour la jambe « froide » et engourdie au réveil.
    Re-cortisone, et puis enfin 2ème IRM : là le neurologue confirme la SEP, et présente tranquillement les possibilités de traitement. Ma SEP débute, donc je peux opter pour des traitements pas trop lourds. J'ai tellement entendu parler d'effets secondaires pour les interférons... la Copaxone® me semble un moindre mal à prendre pour habitude.

    Décembre 2007 - 3ème poussée ou traitement de quelques restes
    Grâce à une gastroentérite bien prononcée, j'ai eu le droit à pas mal de fièvre et un nouveau bolus de cortisone, mais cette fois en hôpital de jour. Je vous le conseille : évitez l'hospitalisation complète quand vous pouvez, ça vous aide à vous reposer correctement (c'est toujours mieux chez soi). Ce sont les yeux qui avaient un peu de mal cette fois, peut être pas complètement remis du mois d'août.

    Mars 2008
    Jusque là, même avec un peu de repos, j'ai toujours une fatigue latente... on fait aller quand même.
    Après changement de médecin traitant (je n'ai pas aimé le fait qu'on me donne un médicament pour voir, comme on ferait à un cobaye, plutôt que de faire des investigations), et « choix » d'une neurologue près de notre domicile, mise en place de la Copaxone® est finalement prévue fin de mois.
    Avec quelques maux de tête impossible à gérer par le paracétamol même caféiné, mon nouveau médecin m'a prescrit du Lyrica® à faible dose. J'ai pu mieux dormir, et la neurologue a réduit progressivement la dose avant la prise de Copaxone®.
    L'infirmière était passée me voir sur place pour me faire la démonstration de l'injecteur et me donner quelque DVD pratique. J'ai ensuite réalisé ma première injection avec l'injecteur en sa présence, et ai reçu ma mallette avec la poubelle de voyage, et les félicitations de l'infirmière sur ma piqûre.

    22 juillet 2008
    Pas d'effet secondaire à part la sensation d'essoufflement passagère unique ! Ah et quelques ratages au début sur la jambe : mes muscles tremblaient un peu.
    Quelques embouts de seringues paraissent parfois tordus : s'ils ne le sont pas trop, je les réservent pour le ventre un peu plus charnu (quoi ? J'ai dit « un peu » Vive les bouées ! :-P). En fait si l'embout de protection est légèrement de travers, l'aiguille de la seringue ne l'est pas forcément.
    C'est devenu une habitude en peu de temps. Ce mois d'août, je vais faire du VTT en randonnée organisée sur 3 jours, en emmenant mon traitement et en trouvant un frigo familial sur place.

    27 janvier 2009
    Je sors de gastroentérite (encore...) mais ayant traité tout de suite, même avec un peu de fièvre passagère, je n'ai eu que quelques symptômes faisant un peu penser à une éventuelle poussée (maux de tête, jambe un peu fourmillante). J'ai continué mon traitement, et tout s'est estompé rapidement. En fait, je ne sais pas encore comment je pourrai me dire si je fais une nouvelle poussée...
    Depuis le 24 septembre 2008, l'arrivée de notre petite fille a de toutes façons changé l'ordre de nos préoccupations : elle aussi est tombée malade et a eu droit à 3 passages aux urgences pédiatrique 3 WE de suite... finalement, elle m'a volé la « vedette », en espérant que ce ne soit pas trop souvent...

    En conclusion
    Ne vous laissez pas aller : on peut se marier même 3 semaines après sa sortie d'hôpital et dès la 1ère poussée, profiter de la soirée, danser... aller randonner en VTT (...)
    Bon, faites attention au soleil quand même... arrosez-vous la nuque, le visage bref, allez en vacances à la mer et profitez-en bien !
    Le seul inconvénient que je vois en ce qui me concerne : le transport de mon médicament au frais. Ça se gère au fur et à mesure. »

    Par Vincent

    Commentaires : 16 commentaires
  • La sclérose en plaques, par Philippe, suite…

    sclérose en plaques, sclérose en plaque, sp, multiple sclerosis, multiple sclerose, multiple skerose, sep, ms, notre sclérose, pmr, handicap, neurologie, copaxone, mitoxantrone, fampyra

    Bonjour,

    Comme promis, je vous donne de mes nouvelles suite à mon traitement sous Fampyra® (voir mon post précédent).

    Comme je l'ai décrit, ce traitement de quinze jours pour commencer, ne m'allait pas du tout, ayant même l'impression que cela empirait.

    Après une semaine j'ai arrêté le traitement.

    Je suis allé à ma séance de post-contrôle, programmée, mais ils ne m'ont pas fait les tests compte tenu de l'arrêt du traitement (normal, je dirais).

    Le neurologue (pas le même, le mien étant en congés) m'a écouté et a conclu : "Oublions le Fampyra® ; cela doit apporter du confort et pas l'inverse."

    Depuis 15 jours environ, mes douleurs crées par ce traitement ont totalement disparues.

    J'ai même pu visiter des villages et marcher pendant mes vacances (avec ou sans canne).

    En résumé, je pense que tout nouveau traitement est à essayer.

    Surveiller les effets et parler..., autour de soi (car c'est aussi l'entourage qui voit les effets) et avec les neurologues.

    Je ne conclue rien sur mon dernier traitement qui fonctionne très bien pour certains organismes.

    BON COURAGE À TOUS !!! 

    Par Philippe

    Commentaires : 1 commentaire