La sclérose en plaques,
c'est vous qui en parlez le mieux.
Ne laissez pas les autres
raconter votre histoire

Témoignez !

Le 4 oct. 2015
La sclérose en plaques et le sport, par Ludovic.
« Mon mental est là
et je ne lâche rien ! »

« Un bout de vie avec des km plein la tête !

Octobre 2012, on m’annonce que j’ai une colocataire : la sclérose en plaques. La cohabitation est très difficile au début, j’ai mis presque 2 ans avant de vivre avec et d’éviter de trop penser aux séquelles qu’elle pourrait me laisser au fil du temps.
Après cette période de doute, de remise en question, j’ai décidé de la faire souffrir, cette colocataire, avec le sport ! Je décide de courir et de faire du VTT. Les premiers footings sont catastrophiques car j’ai un manque d’équilibre et mes chevilles sont raides. De plus, mes jambes me font mal, mais bon, mon mental est là et je ne lâche rien !
Au début, je me fixe deux entraînements par semaine mais au fil des semaines, je prends goût à la course et je travaille mon mental car c’est très important pour la sep.
Je tiens à remercier Clément pour son programme de reprise du sport, ça m’a beaucoup aidé, un grand merci à toi !
Donc voilà, les entraînements se passent de mieux en mieux, je travaille mon équilibre et ma concentration pour contrôler mes jambes et ma tête en même temps afin d’éviter de tomber, même si parfois, je me suis fait peur… mais j’arrive toujours à me rattraper. Donc ça commence à porter ses fruits, comme on dit…
Un jour, j’avais entendu parler d’une association (Solidaires en peloton) qui prouve que, même avec la sclérose en plaques, le sport est possible. Je trouve ce projet super !
Je consulte leur programme, il y a de nombreuses courses… et un jour, je vois un trail à Ymeray (à côté de Chartres). Je me dis, que c’est le moment de montrer aux gens que, même avec la sep, rien n’est impossible…

Octobre 2014, je me lance sur un trail de 12 km en autosuffisance (sans ravitaillement). Là, c’est dur dur, je n’aurais jamais pensé autant souffrir, mais l’ambiance sur le parcours fait passer un bon moment. La présence de Bernard Gentric et les encouragements à distance minimisent le traumatisme. De plus, la fatigue est encore plus présente que lors de mes entraînements.
Un grand merci à l’ARSEP et Solidaires en peloton pour tout ce que vous faites pour nous.
J’ai pris goût au trail, je m’éclate ! Vous ne pouvez pas savoir la joie que j’ai de courir et de sentir mes jambes, les crampes…
Je veux aller plus loin ! Avoir encore plus mal !

2ème trail,  le 25 /26 avril 2015 : Viking days, 7 km avec obstacles.
J’ai passé une courte nuit car il y a eu du bordel dans l’hôtel. Le jour se lève, j’ai la tête dans le pâté, je me dis : « Allez ! C’est le jour J ! ». Heureusement, malgré tout, je me sens bien !  Je ne pensais pas que j’allais autant souffrir physiquement.
J’aperçois trois personnes portant un tee-shirt que je connais bien, c’est celui de Solidaires en peloton.  Je sens que mes tripes se tordent, les larmes montent, je me dis que même sur un trail loin de chez moi, il y a des tee-shirts sur la sclérose en plaques. J’ai envie d’aller voir ces gens pour discuter, mais je me ravise car il faut que je reste concentré sur ma course ! Je m’échauffe et je me sens au top ! Mon mental est prêt, j’ai même oublié ma sep pendant l’échauffement…

Je suis enfin prêt ! 5, 4, 3, 2 ,1… top départ ! Tout va bien au début mais au bout de 2 km, on attaque une route avec de gros cailloux… et la pfff… je ne m’attendais pas à ça.  Mes jambes souffrent, mais je ne lâche rien.  Les premiers obstacles sont là et je suis heureux car je prends du plaisir à sauter dans l’eau et à ramper. Les premiers kilomètres passent… et là, j’ai un gros point de côté. Normalement, je n’en ai jamais ! Je ralentis un peu, j’ai du mal à le faire disparaître… Grâce aux conseils de David, j’arrive à reprendre un peu de vitesse mais les cailloux m’ont tué, mes jambes sont lourdes, mais mon mental prend le relais. David est maintenant devant moi, mon objectif du jour est de finir cette course !  Vers le 5ème  kilomètre, je ralentis. Mes jambes ne sont plus là. Je me dis : « Allez Ludo, tu n’as pas le droit de lâcher maintenant ! ». David me soutient : « Allez Ludo, allez … on est parti ensemble, on arrive ensemble !).  Ces paroles me restent dans la tête.  Je ne dois pas lâcher, je dois tout donner !  Nous voilà au kilomètre 6. Les derniers kilomètres qui restent sont affreux. Il y a de la boue et des cailloux. Je ne sens plus mes jambes et ma tête est vidée. David me dit : « Allez Ludo ! On y est presque, regarde là-bas, il y a Émilie, Christelle et Théo ». Je lève la tête, je ne pense qu’à une seule chose : la ligne d’arrivée.
Apres une montée à la corde, la ligne d’arrivée est là, je suis content car nous ne sommes pas derniers, on en a même doublé pas mal ! C’est terminé, toute la pression redescend et quelques larmes coulent…
Je l’ai fait ! Cette course restera gravée dans ma tête et mes jambes vont s’en rappeler également.
Pour cette course, je tiens à remercier tout d’abord David pour son soutien et ses conseils et un grand MERCI à ma femme, mon fils et Christelle. C’était un super week-end !

Nous sommes le 18 mai, j’ai rendez-vous avec mon neurologue. J’ai un mauvais pressentiment car normalement j’avais rendez-vous en juillet et il m’a appelé pour me voir avant.
Donc me voilà au rendez-vous et mon neurologue me dit : « Bon, monsieur, votre dernière IRM n’est pas bonne, on voit bien la maladie évoluer ».
Cela ne me fait ni chaud ni froid. Il me dit que le traitement n’est plus efficace et que l’on va en changer. Dommage, je commençais à m’habituer à prendre mes cachets. Avant de commencer le nouveau traitement, je dois faire des examens : prise de sang, radios et d’autres tests… Ce nouveau traitement, c’est une perfusion par mois à l’hôpital pendant 4 heures… ouf… super… c’est ça la vie de sepien lol !

Projet pour le téléthon 2015 !
L’hiver est une bonne période pour accomplir des défis. Le téléthon, un bon prétexte pour le faire. Cette année, j’ai un projet pour le téléthon. Ça reste secret pour le moment… Petit détail à prendre en compte : j’ai pour projet principal de montrer aux gens que rien n’est impossible dans la vie, même avec une sep, le sport est possible !

Il y a presque 1 an, à quelques jours près, j'ai décidé de reprendre le sport après plus de 10 ans d’inactivité. Avec l'annonce de la sclérose en plaques, j'ai mis du temps à remonter la pente mais j’ai réussi grâce à mes amis (ils se reconnaîtront) et ma famille (ma femme et mon fils). Pour le côté sportif, je remercie Clément pour son programme de reprise au sport. Je tiens également à remercier Solidaires en peloton pour ce qu’ils font pour nous « sepiens et sepiennes ». C’est grâce à vous tous que j'ai repris goût au sport et que j'ai décidé de faire souffrir cette sep ! Et ça paye ! Mon mental est au top et mon corps commence à reprendre des forces et des formes. Avant, je pesais 107,200 kg. Aujourd'hui, après un peu moins d’un an de sport, mon poids est de 93.400 kg. J’ai donc perdu 13,800 kg en 12 mois !

Un grand MERCI à tous ! »

Par Ludo. (voir son dernier témoignage). Voici le lien FaceBook du défi : ICI.


5 commentaires
05/10/2015 à 10:43 par martine Rasson
Bravo ! Tu as raison, c'est merveilleux de faire du sport, pour le corps et pour la tête...
Toi, tu commences alors que tu es déjà sepien, moi, j'étais marathonienne depuis un certain temps déjà avant le SEP et à cause d'elle, j'ai dû tout arrêter même la marche que j'adorais !
Maintenant, ça fait 23 ans...
On ne sait jamais comment va évoluer cette saloperie, alors, il faut y aller comme toi !
Bon courage et "vive la vie" !!!

05/10/2015 à 10:54 par ludo
bonjour merci pour votre commentaire il ne faut rien lâcher !!!!!!!!!!!!!!!!!!

05/10/2015 à 11:09 par Valérie
Merci pour ce témoignage... il m'a tiré les larmes aux yeux !

05/10/2015 à 16:33 par lyly
Hâte de te voir au trail d ymeray pour faire un gros pied de nez a cette co loc biz

05/10/2015 à 16:42 par ludo
merci Valérie pour ce commentaire touchant

Lyly oui on ce voie a ymerai oui compte sur moi pour faire souffrir ces sep

Ajouter un commentaire