La sclérose en plaques,
c'est vous qui en parlez le mieux.
Ne laissez pas les autres
raconter votre histoire

Témoignez !

Le 20 juil. 2017
La sclérose en plaques, par Aline.
« J’utilise mes week-ends
pour me reposer. »

« Bonjour,

J’ai 42 ans et j’ai une sclérose en plaques depuis 18 ans. Je tiens à dire, pour tous ceux et celles à qui on vient de leur annoncer le diagnostic, qu’il ne faut pas se laisser aller et qu’il faut combattre cette maladie. Sinon, on voit son état se dégrader vite…

Pour ma part, ça a été dur lorsque l’on me l’a annoncé. Mais la science fait des progrès et de nouveaux médicaments sont bien là pour nous aider.

Je travaille à temps plein, malgré ma fatigue constante. J’utilise mes week-ends pour me reposer. Il faut gérer ses journées au mieux. Il est vrai que je ne sors plus les fins de semaine. Quand je suis invitée, je dois voir si ma fatigue me permet de sortir ou non. Ce qui m’aide, entre autres, c’est le repos au calme, la méditation et tous les compléments alimentaires que je prends.

De nos jours, la vie est pleine de stress qui n’est pas bon pour cette maladie.

J’utilise ma canne quand je suis fatiguée ainsi que les ascenseurs, mais dès que ça va mieux, je fais comme tout le monde. Il faut se muscler un peu car sinon cela empire.

Ce qui m’énerve au boulot, ce sont les personnes qui, pour un petit bobo ou un petit rhume, se mettent en arrêt maladie alors que moi je vis avec des douleurs quotidiennement depuis que j’ai la sclérose en plaques.
Courage à tous ceux qui ont cette maladie et, surtout, reposez-vous pour être au mieux en famille. »

Par Aline.

Rediffusion du 22/05/2017.

6 commentaires
22/05/2017 à 08:59 par Bourrelier Catherine
Bonjour, moi aussi 20 ans de douleur

22/05/2017 à 10:00 par thomas
Bonjour,

Courage. Je comprends parfaitement car mon épouse est atteinte de SEP et je la retrouve parfaitement dans cette description.

22/05/2017 à 10:02 par marilyne
Bonjour, idem pour moi 22 ans et bien diminué.

22/05/2017 à 10:34 par Drogueres
Nous ressentons je crois tous le même sentiment en ce qui concerne les collégues que tu décris.
Malheureusement notre maladie ne se marque pas sur notre fond comme je dis, ou heureusement, je ne sais pas.
Depuis que je suis en retraite, je n'éprouve plus les mêmes choses, mais il faut Uand même gérer le quotidien.
Bon courage à tous.

22/05/2017 à 17:34 par manin
bonsoir. Il ne suffit pas de ne pas écouter ses douleurs de vouloir à tout prix
aller de l'avant pour pouvoir dominer votre maladie. Vous restez toujours prisonnière de cette sclérose, « pieds et poings liés » depuis 30 ans je suis atteinte de la forme progressiv malgré tous mes efforts suis en fauteuil sans rien bouger. Je ne parle pas des souffrances dans les membres surtout les fesses.alors cela m'énerve de lire qu'il faut se battre pouvoir venir à bout de ce monstre qui se cache en moi ! Combattre cela ne sert pas beaucoup malheureusement !

22/05/2017 à 22:53 par Drogueres
J'ai la méme réaction : comment faire pour lutter contre une maladie qui a le dessus tout le temps et partout ?
Comment on fait pour tenir debout autrement qu'en se cramponnant et se dire " faut pas que je tombe!!!!
On me dit que je suis courrageuse! Je réponds : j'ai pas le choix!
Et puis, vouloir etre résistant, un jour ou l'autre, ca se paie.
Il faut savoir s'arrêter avant que.ca ne vous arrête....
Moi aussi je suis aller travailler ( en poussée) parce que, sinon,,etc.
Ma boite tourne toujours...
On est utile, pas indispensable.

Ajouter un commentaire