La sclérose en plaques,
c'est vous qui en parlez le mieux.
Ne laissez pas les autres
raconter votre histoire

Témoignez !

Le 2 août 2019
La sclérose en plaques, par Jennifer.
« Tous les rêves de passer
mes concours de gardien
de la paix s’effondraient. »

« Bonjour à tous,

Je viens aujourd’hui pousser un énorme coup de gueule et je m’adresse à vous car je pense (et j’espère) que vous me comprendrez.
Je vous avez dit lors de mon premier témoignage que j’étais adjoint administratif dans la police. Cela ne s’est pas fait du jour au lendemain.

Je suis entrée dans la police en tant qu’emploi jeune (ces merveilleux emplois sous-payés) et quelques mois après ma mutation, j’apprenais la maladie. Là, tous les rêves de passer mes concours de gardien de la paix s’effondraient. L’administration ne prendrait pas le risque d’employer une personne comme « moi ». MOI ??? Jeune femme volontaire et déterminée qui croyait (à tort) à cette institution. Après plusieurs mois à ruminer, je découvrais que diverses possibilités s’offraient néanmoins à moi : l’emploi de personne reconnue travailleur handicapée. Je fis donc les démarches en ce sens ! Je vous passe les premiers refus de l’administration m’expliquant que ce n’était pas de sa faute si j’avais une SEP (ma faute peut être ?), mes nuits blanches à pleurer et à me demander ce que j’allais devenir et comment j’allais élever mon enfant (oui le papa m’avait quittée cette année là aussi !). Autant vous dire que j’étais au mieux de ma forme !

Bref, après moult courriers adressés à tous les ministères possibles, après moult conversations pour parler de mon cas, après plusieurs échanges avec l’assistante sociale et les syndicats, j’ai en dernier recours écrit au Président de la République. Nous étions début 2007 et Jacques Chirac était alors au pouvoir.

Puis un jour… j’ai reçu LE coup de téléphone qui allait changer ma vie, le coupe de téléphone de celui qui allait devenir mon ange gardien. Oui oui, les anges gardiens existent comme le père noël !

Cet homme là travaillait pour les affaires sociales de Bernadette Chirac (si ma mémoire ne me fait pas défaut) et me promis alors de m’aider. Et il tint sa promesse. Il me fit embaucher comme adjoint administratif au commissariat de Lorient, ma ville ! Le rêve, je n’avais pas à déménager et je restais proche de ma famille.

Je vous raconte tout ça pour que vous saisissiez le contexte.

Aujourd’hui je suis toujours au commissariat de Lorient mais j’ai changé de service.
Mon chef de service m’a « recrutée » en connaissance de cause. Je ne lui ai rien caché de la marchandise. Il savait que j’étais malade et m’avait dit que l’on s’arrangerait si jamais je devais être en arrêt.

Ce qui m’amène aujourd’hui à vous écrire car j’ai appris hier avec un collègue que ce même chef avait fait un courrier à son supérieur pour réclamer un personnel de plus, ne pouvant pas compter sur ma présence. Il a indiqué dans ce même courrier, que j’avais des problèmes à la marche et du fait que je ne pourrais certainement plus monter les deux étages qui mènent au service. Ce qui est archi FAUX puisqu’aujourd’hui je vais de mieux en mieux physiquement, je marche normalement, je monte normalement les deux étages chez moi. Mais je suis indignée de ce comportement. Je ne comprends pas et je suis sur le cul (si vous me permettez cette « vulgarité »). 

Donc voilà mon coup de gueule. J’ai les boules ce soir, merci de m’avoir lu jusqu’au bout et bon courage à vous tous. »

Par Jennifer.

Rediffusion du 05/12/2011.

16 commentaires
05/12/2011 à 08:20 par Eric Coutou
Paroles, paroles, paroles... comme le chantait Dalida

05/12/2011 à 15:34 par sabattini Marc
Bonjour Jennifer
J'ai lu ton témoignage, qui m'a un peu énervé. Je ne supporte pas les faux culs, ça me rappelle mon parcourt, et toutes mes galères professionnel avec la sep. Toutes ces personnes bien intentionnées qui par devant de font des grands sourires et par derrières te considère, comme un boulet qui ne peux plus faire son travail. Quand tu leurs demande à propos de ton travail ? ils te disent toujours,ça va !!! Et avec les supérieur, il te casse en deux. Je t'envoie une blague et je te fais de gros bisous garde le moral.

Quand le corps humain fut crée, toutes ses parties voulaient être le chef.
LE CERVEAU DISAIT : puisque je contrôle tout et que je pense pour tout le monde je devrais être le chef.
LES PIEDS DISAIENT : puisque nous transportons le corps là où il le désire et lui permettons aussi de faire ce que veut le cerveau, nous devrions être le chef.
LES MAINS DISAIENT : puisque nous faisons tout le travail et gagnons de l'argent pour entretenir le corps, nous devrions être le chef.
Et ainsi de suite pour le COEUR, les YEUX, les OREILLES et les POUMONS.
Ensuite LE TROU DU CUL se fit entendre et demanda à être le chef.
Les autres parties du corps éclatèrent de rire a l'idée qu'un TROU DU CUL puisse être le chef.
Le TROU DU CUL se mit en colère : il se referma sur lui-même et refusa de fonctionner.
Bientôt le CERVEAU devint fiévreux, les YEUX se croisèrent et devinrent vitreux, les PIEDS trop faibles pour marcher, les MAINS pendaient sans force et le COEUR et les POUMONS luttaient pour survivre.
Ainsi tous supplièrent le CERVEAU de se laisser fléchir et de permettre au TROU DU CUL être le chef.
AINSI FUT FAIT.
Toutes les parties du corps faisaient leur travail tandis que le TROU DU CUL dirigeait tout le monde et s'occupait principalement de la merde comme tout chef digne de ce nom.
MORALITE
Il est nullement nécessaire être un cerveau pour devenir CHEF, un simple TROU DU CUL d'ailleurs a nettement plus de chances
REGARDEZ AUTOUR DE VOUS POUR EN ETRE CONVAINCUS......

05/12/2011 à 16:01 par Sep à moi
Salut et courage ! (Les travaux n'ont pas l'air d'avancer, chez toi,non ?)

05/12/2011 à 16:03 par Sep à moi
Salut et courage ! (Les travaux n'ont pas l'air d'avancer, chez toi,non ?)

Fred

06/12/2011 à 15:26 par Jennifer
Merci Eric, Marc et Fred pour vos commentaires...
@ Eric : Ce n'est pourtant pas ma préférée de Dalida mais effectivement elle s'y prête bien ;-)
@ Marc ; Merci pour cette petite blague, je la connaissais mais une piqure de rappel de temps en temps ne fait pas de mal et c'est bien de circonstance !!!
@ Fred : et non les travaux n'avancent pas très vite, c'est la crise mon cher ami ;-)) Et encore plus en Grèce ! mdr....

07/12/2011 à 09:06 par Texier
Ma chérie j'ai lue ton message et ça m'a fait mal car tu es une fille trés courageuse et tu sais dans tous les travaux il y a des faux culs, laisse dire et ne te fait pas plus de bile que tu en as déjà ,vie ta vie comme tu la vie en ce moment avec ton gentil mari ;ton beau et adorable fiston , tu fais ton boulot comme tu dois le faire et le reste tu t'en fou .tu sais dans la vie il y aura toujours des gens pour te saper le moral ;alors n'écoute que ceux qui te veulent du bien et qui t'aime comme je t'aime .Gros bisous de ta mamie qui t'adore.

08/12/2011 à 21:00 par Didl
Bonsoir,
Tout d'abord merci de relancer l'économie grecque par le tourisme. Je vois que les travaux n'ont pas bcp avancés depuis 2007.
Bon sinon pour le chef à veste réversible il faut prendre ça de haut. Il ne mérite pas qu'on gâche une seule minute à se morfondre. Je ne suis pas croyant mais j'aime bien cette expression : Dieu reconnaîtra les siens !
Et puis bosser dans un commissariat, entre nous.... ;-)

Didier

10/12/2011 à 09:05 par nathalie
Bonjour jennifer,
Je vie la même chose que toi au boulot. J'ai pris une personne pour travailler avec moi, elle est en CDD. Pour elle s'est une chance que je suis malade. je travaille 3jours chez moi et 2 jours à Montpellier. J'ai voulu l'aider pour qu'on l'embauche et elle m'a tué par derrière. Mais maintenant j'ai compri donc je ne l'aiderai plus, pour qu'elle se fasse embaucher. Elle me prennait mon travail et c'est vrai je sers à rien comme j'ai quelque difficulté à marcher. Et dernièrement elle me dit que je suis agressive envers elle. Donc nous avons eu rendez-vous à la direction. Et mon directeur me dit : je comprend que pour vous ce n'est pas évident. Et que vous soyez agressive à cause de votre maladie. Je te jure c'est trop fou. En faite c'est nous qui devons nous adapter aux gens normaux. Le monde à l'envers. Je tiens car je n'ai rien à perde et ils m'auront pas. Courage à toi. Tiens bon. Bisous Nath.

10/12/2011 à 17:18 par Jennifer
@ Didier : merci de tes coms qui me font toujours marrer ! Que veux tu, on se refait pas, il y a des familles où ils sont médecins de père en fils, chez moi on aimait bien la tenue, même si je ne la porte plus aujourd'hui... mais je garde espoir en la française de jeux pour changer de vie...lol ! Plus sérieusement, je ne me fais plus de bile pour cette histoire mais j'avoue que ça m'a contrarié quelques jours même si je sais qu'on ne peut pas toucher à mon poste !
Au plaisir de te lire ;-)

10/12/2011 à 17:20 par Jennifer
@ Nathalie ; merci de ton commentaire. Je me sens évidement moins seule lorsque je lis des témoignages comme le tien mais quelle injustice malgré tout...
Je suis régulièrement à Lorient si tu souhaites que l'on se rencontre un des ces 4 !
Bisous de Quimper !

10/12/2011 à 17:21 par Jennifer
@ Didier : merci de tes coms qui me font toujours marrer ! Que veux tu, on se refait pas, il y a des familles où ils sont médecins de père en fils, chez moi on aimait bien la tenue, même si je ne la porte plus aujourd'hui... mais je garde espoir en la française de jeux pour changer de vie...lol ! Plus sérieusement, je ne me fais plus de bile pour cette histoire mais j'avoue que ça m'a contrarié quelques jours même si je sais qu'on ne peut pas toucher à mon poste !
Au plaisir de te lire ;-)

11/12/2011 à 02:33 par detchen
Bonjour Jennifer,

Hé bien je vais dire la même chose, ma chef me retire de mon poste sous prétexte qu'il est trop stressant (faux c'est elle qui stresse en devant me remplacer car j'ai toujours été hyper zen en cas de bourre qui sont fréquente, le boulot n'est pas responsable de ma SEP, c'est le contraire) et quand je le lui démontre, elle me sort bien sûr (et j'en conviens) "la continuité du service" si je refais une poussée et si je dois reprendre en mi-temps thérapeutique : Donc on ne me donnera plus de mission demandant un suivi régulier.

Je me demande bien où elle a vu ce type de poste dans la filière administrative puisque du suivi administratif il n'y a que ça à faire en fait, à moins de changer de filière. OU sans changer de filière Pourquoi ne pas bosser à la MDPH ? (parce que les postes sont déjà occupés) enfin j'ai plein d'envies de reprendre les études et de me rafraîchir, alors ça tombe bien finalement.

Mais bon je me demande comment je vais pouvoir être déclarée TH vu que je remarche et de mieux en mieux depuis que j'ai commencé le traitement. Enfin à petit pas lents mais ça va je peux aller où je veux tant que les marches ne sont pas trop hautes.

Alors est-ce que ton chef a écrit ce courrier et a dit ça seulement pour compléter son staff ? ou bien compte-t-il te remplacer au final ?

Je te dis cela car c'est pas du tout évident d'obtenir du personnel (pas de remplacement de départ à la retraite, on a double missions dès qu'un collègue la prend vite avant adoption de la loi qu'il peuvent éviter pour partir à 60 ans), Mais si il avait fait ce courrier dans ce but il aurait du avoir la courtoisie, voire le soin bienveillant de te mettre confidentiellement au courant de sa stratégie en te demandant par exemple de garder le secret (question de te ménager car une note reste une note même confidentielle, c'est une trace écrite).

Et sinon j'ai vraiment eu le sentiment que pour l'administration (pas que pour les fonctionnaires, j'ai une amie qui travaillait dans le privé, pas SEPienne, qui a du partir en invalidité compte tenus d'un handicap) et quelque soit l'employeur donc, il est plus simple de mous mettre au placard (pour ne pas dire dans un mouroir qui appelle d'autres poussées) juste pour remplir leur quotas de TH.

Et la personne n'est qu'un bon point dans leur effectifs qui rapportent je ne sais pas quoi, des subventions ? Qui normalement serviraient à adapter notre poste de travail, mais pas besoin puisque on se retrouve au placard à je me demande quoi faire après une réponse "ne vous inquiétez pas on trouvera bien quelque chose à vous faire faire" après votre LM si votre poste a été remplacé en interne.

Donc, personnellement, j'adopte l'attitude intérieure et secrète du détachement et de la liberté face à un univers de possibles qui s'offre moi, pour quoi ne pas repartir en formation diplômante ? j'adore apprendre et étudier...

Oups! 2h et debout depuis 4h hier matin donc, je suis active à l'ordi depuis 7h juste arrêtée pour les repas. Donc hé bien si je me couche maintenant : réveil à à 6h30 ou 7h.

Bonne nuit et bon dimanche.
Detchen!

11/12/2011 à 10:26 par nathalie
Bonjour jennifer,
je serais heureuse de te rencontrer si toutefois tu descends vers montpellier. fais moi signe. voici mon adresse mail vergne.n@hotmail.fr
Bisous Nathalie

11/12/2011 à 10:33 par nathalie
jennifer,
Que prend tu comme traitement pour la marche actuellement?

Merci

Nathalie

06/08/2012 à 13:30 par morgane
bonjour jennifer,

Je connais ta situation j'ai vecu la meme j'etait en gendarmerie, puis vaccins hepatite b donc pousser en janvier 2010, de la il mon mi en arret maladi juske mai jai repri mon poste et en septembre au moment du renouvellemen de contrat est ben negatif pour raison medicale, je trouve sa degeulasse parcke de mais a septembre j'ai travailler comme tous le monde...
bref foutu systeme !!!!!
courage a toi et au autres atteints par cette merde...
Morgane

02/08/2019 à 09:56 par Sabine B
Bonjour Jennifer,
Je comprend ton coup de gueule.
Je ne travaille pas pour le même ministère, mais l'annonce de mon état de santé se résume à un licenciement. Mes capacités ne sont pas aussi bonnes que les tiennes : invalidité cat 2. Même si la pilule est dure à digérer, je vais éviter le stress et la pression et gagner sûrement en sérénité sur ce plan.
L'angoisse de comment survenir aux besoins d'un enfant dont maman ne peux plus travailler comme avant et qui doit faire une croix sur une carrière pro pour laquelle elle travaille depuis plus de 10 ans la remplace. Est ce mieux comme inquiétude ?
Aucune idée car je suis en plein dedans ...
Je garde toujours espoir de rebondir autrement et différemment.
Quel courage doit on déployer pour ne pas nous briser !!!

Ajouter un commentaire