Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La sclérose en plaques, par Annie de Québec

L'association Notre Sclérose a décidé de rediffuser d'anciens témoignages pour les nouveaux arrivants sur le blog.
Redif' d'une note du 16/11/2009.
annie-sep-plaques.jpg
« Bonjour,

Je me nomme Annie, j'ai un conjoint et une belle fille de 17 ans.

6 mois après le décès de mon père, j'ai commencé à avoir différents symptômes mais après une semaine j'ai été paralysée du côté droit de la main, de la mâchoire et de la jambe donc j'ai décidé d'aller consulté et on m'a diagnostiqué la sclérose en plaques. Pour moi à 35 ans ceci n'était pas possible, j'avais un bon emploi avec des avancements car j'étais une fille très active et qui aimait son travail alors ce fut tout un choc pour moi et ma famille (ne penser pas traverser cette épreuve seule, les amis et la famille sont très importants) même si des fois on pense qu'ils ne nous comprennent pas, je crois qu'avec le temps ils lisent dans nos pensées.

Cela fait 6 traitements qu'on essaie sur moi. Je voulais continuer à travailler mais après 4 retours ils m'ont arrêter pour de bon car je n'ai pas eu de grands résultats, ce qui est le mieux pour moi. Pour l'instant c'est le Méthotréxate® mais je sais que cela ne dure pas des années et c'est pour cela que je me dis de garder espoir et peut-être qu'un jour on n'aura le médicament qui nous garderas au stade que nous sommes rendus.

Le plus dure sait de rester à la maison, j'aimerais bien sortir de temps en temps mais quand je sors je dois rester au lit presque deux jours, même chose quand je fais mon ménage, alors j'ai commencé à me demander ce que j'aimerais faire pour développer mes intérêts et profiter de chaque moment de ma vie. Faire des rêves que je ne pensais même pas faire un jour et c'est fait mais je ne trouve pas encore un intérêt pour passer mon temps mais j'aime bien écrire alors on ne sait jamais je commencerais peut-être un jour à écrire, j'ai commencé mais rien d'extraordinaire.

J'ai participé à une émission au Québec de Guy Corneau et le Dr Crombez ce qui m'a aidé dans ma démarche de la maladie, j'ai participé à plein d'ateliers pour une association mais il y a une chicane mais je n'avais pas besoin de cela donc, j'espère un jour me rendre utile pour cette cause ou pour les personnes atteintes car ce n'est pas tous les jours faciles et ce n'est pas tout le monde qui a des gens sur qui on peut compter.

Ma fille m'a beaucoup aidée sans compter les gens qui m'entourent mais il y a des jours je me demande c'est quoi mon rôle dans tout cela. Ne vous laissez pas décourager, si un médicament ne fonctionne par sur vous, dites vous qu'il y en aura un qui fera l'affaire à un moment donné. Il faut garder espoir et avoir confiance en la vie. Je pourrais vous parler des heures et des heures mais je viendrais à me répéter... J'ai 30 pages d'écriture depuis ma maladie et si j'aurais continué hé bien je serais au moins à un ou deux livres hihihi !!! Je vous souhaite à tous de garder le courage et ne pas vous laissez abattre simplement par de mauvaise nouvelle, la vie vaut la peine d'être vécue ».

Par Annie, de Québec.

Commentaires : 6 commentaires

Commentaires

  • Annie, ta SEP a démarré peu après le décès de ton papa, pas étonnant,le deuil reste le principal déclencheur des personnes qui témoignent! Tu es battante et sauras t'investir contre la maladie! Je le fais dans le domaine du handicap! Ecrire est salutaire et tu en aidras beaucoup si tu es publiée! Bises!

  • Bonjour Annie,je vous que nous avons eues le déclenchement de la SEP en meme temps.Moi pour m'occuper j'aide d'autres personnes qui n'ont pas notre courage.Bonne journée a toi.Brigitte

  • J'aime ta réaction. Tu ne peux plus travailler car la SEP t'a retiré ton endurance. Mais tu ne renonces pas, tu adaptes. Tu cherches et tu trouves des activités qui t'occupent l'esprit, qui te motivent et qui 'offrent des contacts. Bref tu vis. Continue.

  • Bonsoir Annie,

    C'est évident que pour certaines personnes qui ne peuvent plus faire les mêmes choses qu'avant, c'est difficile. Tu as une bonne mentalité quand tu dis que tu aimerais te rendre utile, développer tes intérêts. Oui gardons ESPOIR la recherche avance, même si c'est compliquer pour nous tous.
    Bisous de courage xxx

  • Bravo pour ton témoignage. Dans mon cas aussi, la SEP s'est déclenchée peu après l'annonce du cancer de mon père et j'y vois le début de la maladie.

    Courage !

    Fred

  • Je suis bien d'accord avec toi Annie, la vie vaut vraiment la peine d'être vécue....
    Merci pour ton témoignage plein de courage
    bien à toi

Les commentaires sont fermés.