La sclérose en What ?
La sclérose en plaques, c’est plus de 110 000 cas en France
et autant de malentendus sur cette maladie.
Formes et évolution

La SEP est caractérisée par l’existence d’une très grande diversité de manifestations et de mode évolutifs possibles. Très schématiquement, on observe trois types d’évolution.

La forme rémittente de la maladie : par poussées (85 % des cas).

Une poussée est définie par l’apparition de nouveaux symptômes (ou handicap) ou l’aggravation de symptômes déjà existants, pendant plus de 24 heures et en dehors d’une période de fièvre. Le plus souvent, une poussée s’installe en quelques jours, voire quelques heures. Elle doit être séparée d’un intervalle d’au moins 30 jours de la poussée précédente. Elle régresse soit spontanément soit après un traitement spécifique, soit complètement, soit partiellement, laissant des séquelles.

La forme progressive de la maladie  (15 % des cas).

Selon une évolution continue, insidieuse, avec ou sans poussée surajoutée, qu’on appelle progression ; l’évolution du handicap se fait sans récupération sur une période de 6 mois ou 1 an.

La forme secondairement progressive.

Elle est caractérisée par une phase initialement rémittente suivie d’une  progression avec ou sans poussées surajoutées.

Texte offert à Notre Sclérose par le Réseau sclérose en plaques Pays de la Loire.