La sclérose en What ?
La sclérose en plaques, c’est plus de 110 000 cas en France
et autant de malentendus sur cette maladie.

Les symptômes invisibles de la sclérose en plaques

Par le Pr. Pierre Labauge
CRC SEP de Montpellier

Les symptômes invisibles dans la sclérose en plaques sont extrêmement fréquents. Ils sont mal connus par les membres des familles et les milieux professionnels des patients et souvent difficiles à décrire.

Premier symptôme : la fatigue.

Une cause extérieure doit être recherchée : mauvais sommeil, arrêt des activités physiques, voire syndrome dépressif. Une fois que ces causes ont été éliminées, certains traitements peuvent être essayés, notamment Levocarnil®, Modafinil®, amantadine. Une prise en charge en réentraînement à l’effort est également conseillée. Il ne s’agit pas de kinésithérapie ni de rééducation, mais de programme spécifique de reconditionnement à l'effort. Il est conseillé également un exercice physique régulier : reprise de la marche à pied, natation, vélo, activités qui doivent être reprises de manière progressive.

Autre symptôme invisible, extrêmement fréquent : les problèmes de mémoire.

Il s'agit le plus souvent de troubles de la concentration dans un contexte de fatigabilité. Les tests cognitifs permettent de distinguer une véritable atteinte cognitive d’une fatigabilité avec troubles de concentration. Le principal symptôme cognitif est le traitement de l’information, avec difficultés de réaliser des tâches complexes et multiples.

Autres symptômes fonctionnels extrêmement fréquents.

Les troubles urinaires, soit urgenturie soit difficultés à la vidange vésicale, douleurs neuropathiques. Ces dernières nécessitent une prise en charge spécifique, avec des traitements basés sur des antiépileptiques ou des antidépresseurs. En cas d’échec de la prise en charge thérapeutique, une prise en charge par un centre d’algologie (anti-douleurs) peut être nécessaire.

Pr. Pierre Labauge.
CRC SEP de Montpellier.