La sclérose en plaques,
c'est vous qui en parlez le mieux.
Ne laissez pas les autres
raconter votre histoire

Témoignez !

Le 21 mars 2016

La sclérose en plaques de mon fils.

« Il ne pouvait pas rester
longtemps debout. »

« Bonjour,

Mon fils a été diagnostiqué de la sclérose en plaques en 2006. Il travaillait. Il était souvent fatigué. Il a travaillé pendant cinq ans avec des hauts et des bas. Puis la maladie a commencé à se manifester. Il disait toujours : « je serai plus fort, je ne te laisserai pas t’installer ! ». Et puis, cette saloperie a commencé à le dominer malgré les traitements. Un jour, il avait du mal à parler, une autre fois il avait du mal à marcher.

Au début, il avait avec une canne, puis une béquille, et parfois, il ne pouvait pas rester longtemps debout. Il est tombé plusieurs fois. Après, c'était le déambulateur mais il avait de plus en plus de mal à marcher, tellement il avait mal dans les jambes. Jusqu'au jour où la maladie a pris complètement le dessus. Il avait les membres inférieurs paralysés et s'est retrouvé en fauteuil roulant. La maladie a continué d'évoluer et il y a deux ans, il a eu des tremblements de la tête, des bras et des jambes. Même les séances de kiné ne lui faisaient plus d’effet. Il en avait marre de vivre. Il nous le disait souvent. Il se battait pour voir grandir ses enfants mais la maladie était toujours plus forte. Mon fils avait la sclérose en plaques niveau 3 sur une échelle de 9. Sa sclérose en plaques était vraiment dégénérative. En un an, elle a pris complètement le dessus sur lui. Il n'y avait plus de traitement et quinze jours avant de nous quitter, cette saloperie de maladie s'était attaquée à ses yeux. Lui qui voulait tellement remarcher, la maladie a décidé de le détruire complètement. Il était devenu un « légume ».

Il nous a quitté le 11 août 2015. Il avait 41 ans. Il avait été hospitalisé pendant 4 mois avant. J'allais le voir tous les jours. Il avait perdu 15 kilos en 4 mois. J'avais passé toute la journée du lundi avec mon fils, mais rien ne laissait prévoir qu'il allait nous quitter le lendemain matin d'un arrêt cardiaque. C'est très dur. Il faut savoir que la sclérose en plaques est une maladie très douloureuse et que certains malades souffrent énormément. Je souhaite de tout mon cœur que les chercheurs trouvent le plus tôt possible un traitement efficace qui stoppera cette saloperie de maladie qu’est la sclérose en plaques.
Courage aux personnes atteintes de cette maladie et continuez à vous battre, la vie en vaut la peine !

Courage ».

Par une maman.

> Soutenez l'association Notre Sclérose ! Faites un don !
 


6 commentaires
22/03/2016 à 14:42 par karine29
de tout mon cœur avec vous !

21/03/2016 à 19:38 par Sébastien
Votre témoignage est poignant. Je vous félicite d'avoir osé en faire état publiquement. La douleur et la tristesse sont aussi forts que la douleur et le handicap sont cassants. Bordel de merde! Ce n'est pas inutile de devenir grossier quand la saloperie est évidente.
Courage pour les jours du lendemain de l'horreur.
SC

21/03/2016 à 13:23 par Aurore
Bonjour
Je lis votre message avec grande emotion je suis actuellement hospitalisee pour cette maladie que je ne veux pas laisser installer j'ai 40ans et 5enfants je veux les voirs grandir m'occuper de mon bebe comme les autres ....mal partie 2 poussées en 3mois...je cesserais pas de me battre je ferais comme votre fils .. et vous remercie de votre temoignage qui nous donne la rage pour ce battre aurore

21/03/2016 à 12:24 par Drogueres
Je voulais envoyer un message à la maman qui a perdu son'fils de cette on'peut dire "horrible" maladie. Mais aussi pour ses enfants et son épouse qui eux'aussi sont dans'la tristesse voir'plus. Quand on pense comme dit MARTINE cidessous, nous avons de la chance, car moi aussi je suis atteins de la SEP depuis l'âge de 45 ans, j'en ai 61, et même avec mes problemes, j'ai la chance d'été là, de voir mes,petits enfants.
JE me permets de rendre hommage à tous ceux qui ont des difficultés importantes qui les handicapent très durement dans des fauteuils et dont cette maladie s'à gravent tres vite.

21/03/2016 à 12:22 par Drogueres
Je voulais envoyer un message à la maman qui a perdu son'fils de cette on'peut dire "horrible" maladie. Mais aussi pour ses enfants et son épouse qui eux'aussi sont dans'la tristesse voir'plus. Quand on pense comme dit MARTINE cidessous, nous avons de la chance, car moi aussi je suis atteins de la SEP depuis l'âge de 45 ans, j'en ai 61, et même avec mes problemes, j'ai la chance d'été là, de voir mes,petits enfants.
JE me permets de rendre hommage à tous ceux qui ont des difficultés importantes qui les handicapent très durement dans des fauteuils et dont cette maladie s'à gravent tres vite.

21/03/2016 à 10:58 par RASSON Martine
J'ai lu votre message avec les larmes aux yeux. Merci d'avoir eu le courage de témoigner malgré tant de souffrance !
J'ai la SEP moi aussi depuis mes 43 ans, j'en ai maintenant 67 et je me rends compte que j'ai eu beaucoup de chance d'arriver jusque là sans plus de dommage que des difficultés à marcher et quelques autres petits soucis...
Je souhaite comme vous bien sûr que la recherche aboutisse enfin pour tous les nouveaux cas qui arrivent tous les jours.
Courage à vous aussi pour le deuil qui vous frappe si durement.
Martine

Ajouter un commentaire