La sclérose en plaques,
c'est vous qui en parlez le mieux.
Ne laissez pas les autres
raconter votre histoire

Témoignez !

Le 5 févr. 2020

La sclérose en plaques, par Alizée.

« Ma fille souffrait
de mon mal-être. »

« Bonjour,

Je m’appelle Alizée, j'ai 33 ans et je suis maman de Marion 9 ans et Julia 6 ans. Ma vie a pris un tournant inattendu il y a 5 ans, lorsque l'on m’a annoncé que j’étais atteinte de la sclérose en plaques.

Des débuts difficiles les deux premières années, avec des symptômes et des poussées qui se sont succédé. Je ne reconnaissais plus mon corps, il m’était devenu étranger. Entre peur, colère, douleurs, etc... Je ne savais plus qui j'étais, je ne contrôlais plus rien. Que m’arrive-t-il ? Pourquoi ça, pourquoi moi ? J’ai laissé mon corps et mon mental partir à la dérive, ce qui est bien plus facile à faire que de lutter.

Puis un jour, j’ai une grosse claque : ma fille Marion alors âgée de 4 ans, isolée dans le jardin, le visage triste et éteint, explose en sanglots et me dit : « Je ne veux pas d'une maman ralentie ». Cette phrase, je pense que je m’en souviendrai toujours. Ma fille souffrait de mon mal-être, et quelque part, c’était moi qui la faisais souffrir.

À ce moment-là, je ne voyais qu’une possibilité : rebondir pour mes enfants, me forcer à retrouver de l’énergie, à me mouvoir malgré cette poussée et à reprendre le contrôle de mon corps.

D’ailleurs, c’est auprès de Marion que j’ai décidé de reprendre le contrôle de mon corps en l’accompagnant faire du vélo, tout en courant à côté d’elle. Rien qu’une petite centaine de mètres, mais ces quelques foulées ont été le début de ma « reconstruction ».

Au fil des jours, j’ai ajouté des mètres, puis des kilomètres à mes sorties puis par la suite, j’ai voulu améliorer mon temps. La machine était lancée. Il me fallait défier mon corps, et pour cela, j’avais besoin d'un challenge. J’ai entendu parler du Raid des Alizés en Martinique, un raid sportif, 100 % féminin, et je me suis dit : « Et pourquoi pas moi ? ». 

Et c’est ainsi que j’ai formé mon équipe, et que nous nous sommes lancées dans des mois de préparation physique. Ce raid en Martinique, je le veux et je l’aurai ! Le but était de se dépasser, mais pas uniquement, chaque équipe devait soutenir une association, et nous avons choisi l’Alsacep : le réseau en Alsace de lutte contre la sclérose en plaques.

Nous nous sommes donc envolées en novembre 2018 pour la Martinique, et avons vécu une aventure incroyable : 4 jours d'épreuves intenses entre trail, course, VTT, kayak sous une chaleur de plomb, avec des nuits courtes, loin de tout confort en bivouac. 4 jours à se dépasser, à repousser nos limites et à sortir de sa zone de confort.

Cette expérience m’a faite grandir et changer ma vision de la vie. Elle m’a donné confiance en moi. Elle était d'ailleurs tellement incroyable que je la renouvelle cette année au mois de novembre et je vous invite à la vivre avec nous à travers notre page Facebook ''les SEP'er Mamans - Raid des Alizés 2020''.

Mais cette aventure, je n'aurais pu la vivre sans la sclérose en plaques. Alors oui, elle a bouleversé ma vie, elle n’a pas toujours été des plus sympas avec moi, mais pour rien au monde je ne voudrais vivre sans elle. »

Par Alizée.

❤️ Soutenez l'association Notre Sclérose ! (Exemple : un don de 20€ ne vous coûte réellement que 6,80 €).
 


4 commentaires
03/03/2020 à 22:54 par Papy
Bravo Madame !! Respects 🙏🏻🙏🏻💕💕🌸🍀

05/02/2020 à 13:07 par Linda
Bravooo copiiine continu à te battre 👌👍💪💋💋

05/02/2020 à 10:43 par Soleilsucre
Bonjour Alizée,
Votre histoire me touche. J’ai 33 ans une semaine diagnostiquée il y’a 1 an. J’ai un bébé de 13 mois.

Je m’accroche chaque jour pour lui et je vais dire que ce qui me sauve au quotidien c’est le sport. Je suis bien mieux depuis que je pratique régulièrement mon mental et mon physique sont plus forts.
Je vous soutien dans votre démarche et je trouve cela vraiment super.
Amicalement

05/02/2020 à 09:52 par ichallalen kariminaire
Une expérience qui réveille et révèle les ressources insoupçonnées de chaque être humain
Je suis atteint de SEP depuis 2004 et votre histoire a eu une résonance avec la mienne et les ricochets sur mes proches de la pathologie et de ce corps qui s'effondre avant de reconstruire un ordinaire de l 'extrême supportable.

Ajouter un commentaire