La sclérose en plaques,
c'est vous qui en parlez le mieux.
Ne laissez pas les autres
raconter votre histoire

Témoignez !

Le 3 mai 2013

Sclérose en plaques, témoignage d’Olivier.

« Je sais que je suis un privilégié,
j’ai presque honte de vous racontez ça… »

« Bonjour,

Je m’appelle Olivier, j’ai 40 ans et 15 ans de sep. Je suis marié et j’ai une fille de 10 ans.

Ma sclérose en plaques est « gentille », je suis encore debout avec une canne anglaise. J’ai eu beaucoup de chance dans mon travail de comptable car malheureusement (et heureusement pour moi), la fille de mon boss a une sclérose en plaques. Mon patron comprend très bien les quelques difficultés que je peux rencontrer (hospitalisation de jour, rendez-vous neuro, kiné, etc…). Nous avons ensemble aménagé mes horaires de travail.
Je sais que je suis un privilégié, j’ai presque honte de vous racontez ça…

Je ne sais pas si mon maigre témoignage servira, j’espère juste que des patrons tomberont dessus.

Courage à tous ! »

Par Olivier.

❤️ Soutenez l'association Notre Sclérose ! (Exemple : un don de 20€ ne vous coûte réellement que 6,80 €).
 

Rediffusion du 27/01/2012.

8 commentaires
16/02/2012 à 15:23 par Philippe
Bonjour Fabienne. De quelle région es-tu ?
Sur le forum tu pourras sans doute faire connaissance de personnes qui sont touchées par la maladie ou qui au moins la comprennent.
Pas facile de vivre avec elle.
L'important est d'être entouré et d'aimer la vie avec ses hauts et ses bas. Si la poussée se pointe il faut l'accepter et bien rester au repos, sans stresser.
Bon courage et prend soin de toi et tes proches.
Philippe (Dunkerque)

16/02/2012 à 15:09 par julsonnet
Encore une petite chose j'aimerais bien rencontrer des personnes avec qui je pourrais bavarder et peut -etre aller boire un café ou autre chose et aussi bavarder avec une personne qui me comprendras,car nous sommes souvent incompris et seule .Merci et courage

16/02/2012 à 14:58 par julsonnet
Bonjour moi c'est Fabienne j'ai 45 ans .Maman de 4 enfants ,3 filles et un garçon.A l'age de 37 ans j'ai fais 2 poussée consécutives de sep ,je ne savais meme pas que cela existait ,ma vie à basculé dans le désespoir ,mais grace à mes trois filles et beaucoup de volonté je suis parvenue à accepter cette fichue maladie .Et encore vouloir un enfant et quelle ne fut pas ma joie d'avoir enfin un garçon .Je ne travaille plus ,mais suis maman au foyer avec 3 enfants agés de 12,11,4 ans ce qui veut dire beaucoup de travail (lol) .Suis un traitement de copaxone,une injection tous les jours.J'ai encore la chance d'etre valide .Bisous et courage à vous tous et toutes

09/02/2012 à 11:32 par Philippe
Bonjour à toutes et tous !
Je viens ajouter un témoignage masculin.
Je me prénomme Philippe, suis âgé de 37 ans et demi, marié, papa de deux filles de 8 ans et 5 ans et demi.
Comme Olivier j'ai une gentille SEP, plus que la sienne car je suis complètement autonome et suis conscient de l'énorme chance que j'ai.
Je précise que je suis atteint de SEP depuis 1995 et suis sous Bétaféron depuis 2002 ( date de ma seconde poussée.
Je travaille mais suis actuellement en poussée, donc à l'arrêt.
Mon employeur m'a fait bénéficier d'un reclassement (ancien attaché technico-commercial, devenu sédentaire, responsable de produits de menuiserie intérieure et extérieure).
Je suis un privilégié aux yeux de mes collègues car j'ai conservé mon véhicule de fonction.
Pour moi le reclassement a été bon pour notre foyer mais pour le vécu au quotidien c'est autre chose...
J'ai connu plusieurs moments où j'ai été en arrêt mais pour autre chose que la SEP (Lombalgies).
Le sentiment de culpabilité me ronge car je laisse mes collègues, peu nombreux, supporter ma charge de travail.
Je précise que mon reclassement n'a pas dépendu de mes supérieurs hiérarchiques directs mais de quelqu'un, un ange gardien que je ne connais pas de vue, qui connait également la maladie. Mon cas a fait écho et je suis à mon poste depuis janvier 2010.
Je parle facilement de la maladie à mes collègues, clients et fournisseurs mais je me sent incompris par ceux qui sont le plus en contact avec moi dans mon travail au quotidien.
Comment faire entendre sa souffrance intérieure et son impossibilité à faire les choses comme tout le monde à qui n'est pas touché ou ouvert d'esprit ? ...

09/02/2012 à 11:31 par Philippe
Bonjour à toutes et tous !
Je viens ajouter un témoignage masculin.
Je me prénomme Philippe, suis âgé de 37 ans et demi, marié, papa de deux filles de 8 ans et 5 ans et demi.
Comme Olivier j'ai une gentille SEP, plus que la sienne car je suis complètement autonome et suis conscient de l'énorme chance que j'ai.
Je précise que je suis atteint de SEP depuis 1995 et suis sous Bétaféron depuis 2002 ( date de ma seconde poussée.
Je travaille mais suis actuellement en poussée, donc à l'arrêt.
Mon employeur m'a fait bénéficier d'un reclassement (ancien attaché technico-commercial, devenu sédentaire, responsable de produits de menuiserie intérieure et extérieure).
Je suis un privilégié aux yeux de mes collègues car j'ai conservé mon véhicule de fonction.
Pour moi le reclassement a été bon pour notre foyer mais pour le vécu au quotidien c'est autre chose...
J'ai connu plusieurs moments où j'ai été en arrêt mais pour autre chose que la SEP (Lombalgies).
Le sentiment de culpabilité me ronge car je laisse mes collègues, peu nombreux, supporter ma charge de travail.
Je précise que mon reclassement n'a pas dépendu de mes supérieurs hiérarchiques directs mais de quelqu'un, un ange gardien que je ne connais pas de vue, qui connait également la maladie. Mon cas a fait écho et je suis à mon poste depuis janvier 2010.
Je parle facilement de la maladie à mes collègues, clients et fournisseurs mais je me sent incompris par ceux qui sont le plus en contact avec moi dans mon travail au quotidien.
Comment faire entendre sa souffrance intérieure et son impossibilité à faire les choses comme tout le monde à qui n'est pas touché ou ouvert d'esprit ? ...

30/01/2012 à 14:48 par sandrine
Bonjour,
ne te sent pas honteux,moi je trouve sa beau de ton boss,
moi je n'est pas cette chance,6 ans de sep et pas de travail.

à plus tard.

29/01/2012 à 20:02 par karine29
bravo !!! et tu n'as pas te sentir honteux !! ça donne éspoir... bonne continuation

27/01/2012 à 10:36 par xavier
bonjour et merci de ce témoignage.moi j'ai 39ans et 5ans de sep et je trouve qu'il n'y a pas suffisament de témoignage masculin malade ou pas.
bon courage.

Ajouter un commentaire