La sclérose en plaques,
c'est vous qui en parlez le mieux.
Ne laissez pas les autres
raconter votre histoire

Témoignez !

Le 22 oct. 2017

Sclérose en plaques, témoignage d'Yvan.

« Des fourmis sous la plante des pieds
ont diminué mon autonomie. »

« Bonjour, 

Je vous poste un nouveau texte "le jour où j'ai perdu Titine" :
On s'était rencontrés lors d'une réunion de famille que, déjà, ses lignes me laissaient sortir de ma coquille, sous un tilleul elle me faisait de l'œil. Quelques jours plus tard, elle s'installa dans mon boulevard.

Ce matin-là, elle était encore près de moi. Elle faisait partie de ma vie, mais cette saloperie m'a gâché cette relation, a priori
Elle m'emmenait me promener, c'était le petit cadeau de la journée, boire un petit café ou une menthe à l'eau dans le bistrot d'à côté. Je la croyais fidèle mais elle a préféré déployer ses ailes. Je ne pourrai plus lui faire le coup de la panne, même en imitant un petit vieux en canne. Des fourmis sous la plante des pieds ont diminué mon autonomie. Impossible dorénavant de foncer comme un missile par vaux et par champs tel un bolide. L'équipement demandé pour assurer mes déplacements était trop important. Adieu contrôles et radars, je ne tomberai plus jamais dans un traquenard. Alors au virage, il a fallu que je la laisse là, dans un garage, pour éviter les dérapages… Elle pourrait faire d'autres ravages parmi les gens de passage. Alors, pour ma sécurité et celle des autres usagers, on a, comme un accord, préféré se séparer et d'oublier nos corps à corps.»

Par Yvan. (Lire son premier et deuxième texte).

> Soutenez l'association Notre Sclérose ! Faites un don !
 


4 commentaires
25/10/2017 à 06:37 par BRAULT
merci, et oui si le rire pouvait guérir.... j'aurais retrouvé toutes mes facultés... pour moi, l'auto-dérision est la seule solution.

24/10/2017 à 19:08 par Christine
La musique des mots est tellement plus belle que la cacophonie de nos maux.
Et dans ta façon d'écrire et ton choix de mots, il y a tout un jeu...
Se jouer des douleurs, se jouer de la vie, tenter de ne pas prendre au sérieux... de ne pas se prendre au sérieux... Pas facile, mais une tentative de thérapie par le rire, la dérision...
Continue d'écrire, de nous écrire sur le site et un grand merci pour tes bons mots.

23/10/2017 à 19:49 par Christine
Merci beaucoup pour votre réponse, je tente d'écrire nos maux avec des mots, en évitant de faire des méli-mélo et d'avaler des placébos.

23/10/2017 à 12:26 par Christine
Merci Yvan
C'est tellement beau, tellement poétique, tellement fort, ce que tu écris, décris... et en même temps, il y a tant de douleur, de douleurs, de souffrance sous-jacentes dans ton texte, tant de renoncement...
Continue d'écrire et n'hésite pas à parler, parce que quand on parle à quelqu'un, on a un répondant, un "échangeur" ...
Longue vie à Titine et à toi.
Christine

Ajouter un commentaire