La sclérose en plaques,
c'est vous qui en parlez le mieux.
Ne laissez pas les autres
raconter votre histoire

Témoignez !

Le 18 juil. 2019
La sclérose en plaques, par Jessica.
« Je ne peux plus rester debout
et marcher devient difficile. »

« Bonjour, 

Je m'appelle Jessica et j'ai 36 ans. Je suis mariée et sans enfant.
Il y a 6 mois, j'ai eu un moment de faiblesse, je suis tombée sur une table. J’avais un œil qui voyait trouble. À ce moment-là, je me suis dit que ce n’était rien de grave donc j'ai décidé d'aller voir un ophtalmologue qui m’a demandé si j'étais certaine d'être en bonne santé. Je lui ai répondu oui.
Il a décidé de m'envoyer chez mon médecin traitant qui décida de me faire passer une IRM du cerveau.
C'est là qu'ils ont vu des plaques et que mon médecin m'a appris que j'avais la sclérose en plaques. Je me suis effondrée. Moi qui avais déjà vécu le suicide de mon beau-père et la maladie de Korsakov de mon père… J'étais en colère ! Pourquoi moi ? Qu'ai-je fait pour attraper cette maladie ?
Mais mon médecin, pour être certain, m’envoya chez un neurologue qui me fit réaliser des prises de sang. Il trouva une inflammation donc il décida de m'envoyer à l'hôpital pour faire une ponction lombaire et d'autres examens. Il détermina que j'avais bien la sclérose en plaques, plus une infection à cause de laquelle il ne pouvait donc pas me prescrire un traitement de fond.

Après plusieurs mois et plusieurs examens, il découvrit que mon infection était bénigne : j'ai donc pu récemment avoir un traitement, le Tecfidera®.
Mais les séquelles dans mon œil et sur tout mon côté gauche resteront. En effet, comme mon neurologue me l’a dit : le traitement est là pour stabiliser la maladie donc les séquelles avant traitement resteront.
J’ai des douleurs horribles au pied gauche. Je ne peux plus bouger mes doigts de pied. J’ai des décharges électriques tous les jours dans la jambe. Mon œil aussi a subi des séquelles car je vois moins bien. Je ne travaille pas parce que ma vie est devenue difficile, je ne supporte plus le bruit et la lumière, j’ai une énorme fatigue, je ne peux plus rester debout et marcher devient difficile.

Après tout ça, je suis toujours en colère mais je vois un psy qui m'aide beaucoup. »

Par Jessica.

Rediffusion du 07/11/2018.

1 commentaire
07/11/2018 à 10:15 par BARDIN nicole
COURAGE Jessica ,les fourmillements vont disparaitre ,je n'ai plus le nom mais il y a des gouttes. Décharges électriques ,ce sont bien les signes ,avec le traitement ,ça va diminuer et disparaitre. Bien sur ,vous etes jeune et c'est très difficile d'accepter...Vous avez une psy ,faites- lui confiance.Cest à 56 ans pour moi ,en bonne santé ,premieres douleurs jambe gauche ,personne n'a rien vu ,à coté mème. Pendant 7 ans ,medecin buté...Un jour ,paralysie jbe gauche et là tout a demarré ....ILS n'ont mème pas eu le courage de me dire une SEP ,on m'a donné une autre maladie neuro ,et 4 ans après DCS de ma soeur ,une poussée et là ,on a le regret de vous confirmer! j'ai eu le vaccin hépatiteB dans les années 90 ,obligatoire ,assistante maternelle 33 ans ,et 2 ou 3 mois après ,v'lan. Une psy est venue ,et depuis 14 ans je ne veux pas la lacher c'est un grand service et pourtant la première fois n'y croyait pas.Conservez-là et pour vous aider peut-ètre ,depuis 14 ans ,je ne l'accepte pas cette putain de maladie ,mais il faut se battre Jessica,en moi ,je rage à longueur de jour,incapable de faire certaines choses ,ou bien ps toute seule.Je suis en fauteuil definitif depuis peu mais j'y suis.Il n'y a que 2 ans environ que j'ai retrouvé mon vrai caractère et ma vie ,non ,je fais semblant de m'y interesser...pourqoui faire?Ne vs decouragez pas . Je vous embrasse.

Ajouter un commentaire